BORDEAUX LES GENS DU VIN VIGNE

Alain Dourthe-Larrère, à la recherche de l’équilibre naturel

Alain Dourthe-Larrère, à la recherche de l’équilibre naturel

Alain Dourthe-Larrrère est né dans les Landes dans une famille propriétaire de pins. Il était donc plus destiné à travailler dans la forêt et le bois que dans la vigne et le vin. Mais ses études supérieures agricoles faites à Bordeaux lui ont fait découvrir le vin et le monde du vin qui l’ont passionné. Cette passion ne s’est plus éteinte depuis …. Invitation à découvrir cet homme du vin discret, faiseur de grands vins, et respectueux de l’environnement des vignes qu’il travaille.

Un homme de la forêt et du bois qui devient un homme de la vigne et du vin

Né dans les Landes d’une famille propriétaire de forêt de pins, Alain Dourthe-Larrère était certainement plus destiné à travailler dans la forêt que dans les vignes. Ses études à Bordeaux en ont décidé autrement. Y découvrant le vin et le monde du vin, il en tombe amoureux et fait le choix de cet univers.

Ce seront des études très complètes autour de ce produit et de ce domaine qui le passionnent : Bordeaux Sciences Agro pour des études d’ingénieur déviées en cours de route sur la viticulture et l’oenologie, avec des spécialisations en oenologie à Reims puis à Bordeaux (DUAD), et un Master de management de domaine viticole.

Alain Dourthe, directeur des vignobles Silvio Denz

Des expériences diversifiées qui enrichissent son expérience

Après un premier parcours dans le monde viticole et oenologique dans la côte de Reims, à Avize en Champagne, il fait ensuite ses classes pendant 5 ans en tant que Directeur d’un Premier Grand Cru Classé de Saint-Emilion, Château La Gaffelière.

Il devient ensuite « flying wine maker » voyageant en France et à l’étranger. Cette expérience courte et enrichissante lui apportera beaucoup : Nouvelle Zélande, Australie, Bergeracois, sud de la France, Bordelais, …. autant de régions viticoles, autant d’expériences différentes qui viennent s’agréger à ses connaissances théoriques. Fort de ces expériences, il revient ensuite en 1997 sur le Saint-Emilionnais, où il devient Directeur des crus où il est encore aujourd’hui, dont Château Faugères et Château Péby Faugères, Château Cap de Faugères.

En 2005, Silvio Denz achète les propriétés et le travail d’Alain Dourthe et de son équipe, soutenu par la recherche de perfection de Silvio Denz porte ses fruits. En 2012, Château Péby Faugères et Château Faugères deviennent Grands Crus Classés de Saint-Emilion !

Alain Dourthe-Larrère et la Château Péby Faugères

Alain Dourthe-Larrère, un homme dans le respect de l’environnement

Observation du vignoble, diversité environnementale sont pour lui des leitmotivs. Dès sa prise de fonction de direction viticole, il s’attèle à rechercher les productions les plus saines possibles en s’entourant des meilleurs conseils. Pour lui, la viticulture durable n’est pas un vain mot, l’environnement fait partie de sa vie, fait partie de son travail.

Avec 450.000 à 500.000 bouteilles par an, pour lui, sa responsabilité est non seulement de contribuer à faire que le vin soit bon, mais encore qu’il soit exempt de produits toxiques. L’environnement lui tient à coeur notamment les insectes ravageurs auxiliaires mais également la vie des sols viticoles qui recèlent pour lui une richesse infinie.

Alain Dourthe devant le chai cathédrale de Château Faugères

Sa philosophie : la recherche de l’équilibre naturel

Sa philosophie se résume notamment à respecter le terroir sur lequel on plante la vigne, à ne pas bouleverser les sols, terroirs qui ont mis des milliers d’années à se construire, les faire vivre en aidant à la dynamisation des micro-organismes qui y vivent, favoriser un enracinement profond et la diversité agronomique qui sont les garants de la qualité des vins proposés au consommateur.

Appliquant ses principes depuis 18 ans notamment au Château Péby Faugères, au Château Faugères et au Château Cap de Faugères, il a planté près de 5 km de haies pour favoriser la diversité de la faune et de la flore qui peuvent contribuer à la lutte contre les ravageurs de la vigne : oiseaux, insectes, … permettant d’arriver à un écosystème qui se régule sans que l’homme n’aie à intervenir.

Car pour lui, le bon viticulteur est celui qui arrive à cet équilibre naturel de l’écosystème qui permette de se mettre en recul, avec un minimum d’interventions au vignoble.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération ! | Mentions Légales