ECONOMIE-MARKETING HUMEURS VIGNE

Pesticides et cancers d’enfants : la question est posée

Pesticides et cancers d’enfants : la question est posée

Ce sont des cas de cancers constatés chez des enfants de l’école élémentaire qui ont alerté ce maire d’une commune viticole de Gironde, qui n’a pu s’empêcher de se poser la question du lien avec une exposition aux pesticides, les vignes entourant l’école. 

Inquiétude municipale et étude de l’InVS

Le rapport de l’InVS (Institut de Veille Sanitaire) indique que l’Agence régionale de santé (ARS) d’Aquitaine a été sollicitée en février 2013 au sujet « d’épandages de pesticides à proximité d’une école et d’une suspicion d’agrégat spatio-temporel de cancers pédiatriques dans une commune viticole de Gironde ». En effet, le Maire de l’époque de la commune de Preignac, Jean-Pierre Manceau, s’inquiète en 2012 des cas de cancers survenus chez des élèves de l’école.

Le rapport confirme : « Une investigation a été mise en place afin d’objectiver la fréquence des cancers pédiatriques et évaluer la plausibilité d’un lien avec les épandages viticoles de pesticides. La recherche des cas a été réalisée via les registres nationaux pédiatriques des hémopathies malignes (1990-2012) et des tumeurs solides (2000-2012) pour la commune et celles limitrophes*, caractérisées également par une forte activité viticole. »

Quels résultats statistiques pour cette recherche ?

Le rapport de l’InVS indique : « Au total, 9 cas de cancers pédiatriques ont été enregistrés par les registres de cancer sur la commune et celles limitrophes (5 hémopathies malignes de 1990 à 2012, 2 tumeurs cérébrales, 1 rhabdomyosarcome et 1 neuroblastome de 2000 à 2012), soit un léger excès de cas pour les 14 dernières années (8 observés pour 5,7 attendus). Sur la commune seule, cet excès est faible (4 cas observés pour 0,8 attendu).

Le rapport confirme que l’activité viticole semble la seule source possible de contamination : « hormis une forte activité viticole au niveau de la zone d’étude avec des épandages à proximité de l’école, aucune autre source majeure de pollution n’a été identifiée« . Cependant, le rapport temporise en indiquant que « les méthodes épidémiologiques ne peuvent déterminer si l’excès de cas de cancer, qui reste faible, est lié à un facteur de risque environnemental commun » et que « par ailleurs, il existe d’autres facteurs, notamment individuels, pouvant expliquer la survenue de ces pathologies et qui n’ont pas été investigués ».

Il conclue cependant que « la contribution des pesticides au risque cancer ne pouvant être exclue, il a été recommandé de mettre en place des actions visant à diminuer les expositions ainsi qu’une surveillance sanitaire sur la commune. »

Un problème viticole général plus que celui d’une seule commune

Le maire de Preignac de l’époque, Jean-Pierre Manceau, constatait « les épandages de pesticides ont lieu jusqu’à cinq ou six fois par an, parfois pendant les heures de récréation. » Depuis, la parcelle qui jouxte l’école a été rachetée par la commune. Le 23 juin 2014, le Préfet de Gironde interdisait par arrêté préfectoral, dans certaines conditions et à certaines heures, la pulvérisation de produits phyto-sanitaires à moins de 50 m des écoles, après une alerte de malaises d’enfants de l’école de Villeneuve en Gironde.

Au vu des résultats de cette étude, qui viennent s’ajouter aux études existant déjà ainsi qu’aux nombreuses alertes relatées par la presse, faites tant par des personnes du secteur viticole concernées par des maladies et décès que par des médecins, peut-on imaginer que ce problème, qui n’est sûrement pas simple à traiter pour le monde viticole, cesse d’être nié, occulté ?

Car, s’il peut s’agir de la santé d’enfants des écoles et de riverains des vignobles, il s’agit de même de l’exposition de la santé des vignerons et de leurs familles et des salariés de la viticulture qui travaillent au milieu des vignes traitées.

Un problème de santé publique

Cette nouvelle alerte représentée par la publication des résultats de cette étude InVS, pointe une fois de plus ce problème de santé publique. Sera-t-il à l’origine d’investigations complémentaires permettant de confirmer ou infirmer le lien avec la pulvérisation de pesticides ?

Car s’il est encore difficile de démontrer avec précision le lien entre l’existence de cancers et l’exposition aux pesticides, des études plus approfondies permettraient de le faire : études statistiques, études de la qualité de l’air à certains moments et endroits selon la pulvérisation des produits, et en période post-pulvérisation. Et pourtant des études existent déjà …

L’etude Apache de Générations futures

Pourtant, le rapport indique bien que « des études réalisées sur d’autres communes viticoles de la Gironde ont montré la présence de pesticides dans l’air ambiant (notamment des fongicides) en période d’épandage, à proximité des parcelles de vignes ». Ainsi, en 2013, l’association Générations futures a pris l’initiative de mener une analyse nommée APACHE : Analyse de Pesticides Agricoles dans les Cheveux mesurant le niveau des pesticides dans les cheveux des riverains et salariés viticoles d’une commune du Médoc, Listrac-Médoc.

Les résultats de cette étude sont parlants :

  •  « 11 fois plus de résidus de pesticides en moyenne chez les salariés viticoles que chez les non professionnels habitant loin de vignes (6,6 pesticides en moyenne contre 0.6) !
  • 4 des 15 salariés viticoles présentent 10 pesticides différents !
  • 5 fois plus de résidus de pesticides en moyenne chez les non-professionnels de la vigne habitants près des vignes que ceux habitant loin des vignes (3 résidus de pesticides en moyenne trouvés chez les premiers contre 0,6 pour les seconds).
  • 74 % des pesticides actuellement autorisés sur vigne de la liste, établie pour l’enquête, et recherchés ont été retrouvés au moins une fois chez les personnes testées !
  • Un produit interdit, le diuron, a été retrouvé chez un professionnel.
  • Plus de 45% des  molécules retrouvées sont classées cancérigènes possibles en Europe ou aux USA !
  • Plus de 36% des molécules retrouvées sont suspectées d’être des perturbateurs endocriniens (PE). »

Une étude du CHU de Montpellier établit un lien pesticides-malformations génitales

« La Gazette de Montpellier » n° 1407, du 4 au 10 juin 2015, dans l’article de Corinne Arbouet « Malformations génitales : l’étude qui accuse les pesticides » mis en ligne en date du 9 Juillet 2015, évoque l’existence d’une étude du CHU de Montpellier (réalisée en collaboration avec les CHU de Nice, Marseille et Bordeaux) qui met en évidence le lien entre pesticides et autres substances chimiques et les malformations génitales chez l’enfant.

Extrait de l’article :

Pesticides et santé-article de la Gazette de Montpellier

Qui osera s’attaquer au problème « Pesticides et Santé » ?

Alors que des alertes diverses sont lancées de toutes parts, quelles administrations, quels organismes professionnels de la vigne auront à coeur de mettre en place des études approfondies afin que des solutions soient trouvées à ce problème de santé publique qui, dans le même temps, commence à nuire gravement à l’image de la viticulture ?

Déjà en avril 2012, Sud-Ouest s’emparait du sujet avec son article « Cancers dans le monde agricole : on sous-estime l’impact des pesticides » faisant témoigner une médecin cancérologue de Bergonié, le Docteur Nadine Houédé : « à l’Institut Bergonié, tous les cancers de la vessie que je traite, et qui relèvent à mon avis d’une maladie professionnelle, touchent des gens qui travaillent dans la vigne. Cela s’explique aussi par le fait que, dans la région, l’exposition aux agents toxiques susceptibles d’entraîner un cancer de la vessie concerne majoritairement cette profession, au contact des pesticides…. Il y a certainement d’autres cancers ou maladies dus à ces produits. Mais nous manquons de statistiques pour être précis. »

Les populations à étudier statistiquement sont pourtant aisément identifiables par les organismes de santé : viticulteurs vivant sur leur vignoble et leurs familles, salariés viticoles, populations des communes viticoles, …

Un sujet bien délicat donc, dans un pays viticole qui préfère habiller ses salariés viticoles en astronautes plutôt que d’imaginer des alternatives qui ne mettraient pas en danger la santé des riverains, des viticulteurs et de leurs familles et des salariés viticoles. 

* Loupiac, Sainte-Croix-du-Mont, Verdelais, Toulenne, Sauternes, Bommes, Pujols-sur-Ciron et Barsac.


One comments on “Pesticides et cancers d’enfants : la question est posée
  1. marie le a dit :

    les pesticides c’est cancérigène et dangereux sur votre bébé, votre agriculteur, votre famille… J’ai lu un article sur le blog mutuelle-news. fr « Pesticides et cancer un lien possible ! », qui parle de la dangerosité des pesticides dans notre quotidien.. à lire absolument !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération ! | Mentions Légales