BORDEAUX LES GENS DU VIN

Bernard d’Halluin rêvait de devenir homme du vin

Bernard d’Halluin rêvait de devenir homme du vin

C’est un rêve qu’il caressait depuis longtemps. Bernard d’Halluin l’a réalisé en 2008 en rachetant le Château Charmail (cru bourgeois en Haut-Médoc) à Olivier Sèze. Homme d’affaires du Nord, il s’est investi depuis en tant qu’homme du vin. Nous l’avons rencontré pour qu’il nous en dise plus sur sa nouvelle vie en Médoc …

Un homme d’affaires du Nord

Originaire de Provin, dans le Nord-Pas-de-Calais, Bernard d’Halluin est un homme d’affaires. A la tête d’une grande société de service aux entreprises pendant 40 ans, il pose aujourd’hui sur la vigne un autre regard que ne le ferait un viticulteur du Bordelais, et utilise son expérience professionnelle antérieure de chef d’entreprise dans ce métier, encore nouveau pour lui, de vigneron et de vinificateur.

La réalisation d’un rêve

Pour Bernard d’Halluin, le vin est entré dans sa vie depuis longtemps, devenant amateur en dégustant avec son père les vins dont ce dernier enrichissait régulièrement sa cave. Puis le rêve s’est formé, avec la réussite professionnelle, de pouvoir lui-même avoir sa propriété viticole, en Bordelais.

Château Charmail, propriété de Bernard d'Halluin

Un choix « coup de coeur »

Alors qu’il pensait porter ses recherches sur le Libournais, c’est Vincent Mulliez (ancien propriétaire du Château Belle-Vue et de Château de Gironville en Haut-Médoc), qui lui parle de Charmail. Et là, c’est le coup de coeur : « Dans un endroit aussi beau, on ne peut que faire du bon vin » !  Il réalise alors son rêve de se lancer dans le vin. Avec Olivier Sèze, tous deux animés par la même envie, ils vont former pendant 5 ans un duo complémentaire au service de Charmail et de ses vins.

Peu à peu, il pose son empreinte au Château Charmail

Depuis son achat coup de coeur en 2008, Bernard d’Halluin vit sur place, à Saint-Seurin de Cadourne, proche de Saint-Estèphe. Mais se posait pour lui la question de l’acquisition des savoirs. Cru bourgeois de 28,5 hectares d’un seul tenant en AOC Haut-Médoc, Château Charmail et la prise en main d’un tel domaine représentaient en effet un vrai défi.

Bernard d'halluin, devenu homme du vin en Médoc

Bernard d’Halluin l’a joué avec prudence, dans la continuité, conservant pendant cinq ans à ses côtés Olivier Sèze, l’ancien propriétaire qui a lui-même formé l’actuel directeur technique, Sébastien Pineau.

Parallèlement il impulse peu à peu sa marque : l’agrandissement du vignoble avec six hectares rachetés en 2010 afin de revenir au vignoble d origine, la construction de nouveaux bâtiments, des orientations vers une viticulture respectueuse de l’environnement, et bien sûr une mise en valeur de l’image du cru. Il faut dire qu’entre-temps Bernard d’Halluin a su convaincre sa fille Marie de le rejoindre dans cette belle aventure. Munie de sa formation d’école de commerce parisienne, elle s’est attachée depuis à la construction d’une image qualitative et durable de Château Charmail. Un duo familial qui peut ainsi, avec l’équipe en place, se projeter dans le futur de Château Charmail …


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération ! | Mentions Légales