BORDEAUX CULTURE HUMEURS

Les secrets de fabrication du Féret « Bordeaux et ses vins »

Les secrets de fabrication du Féret « Bordeaux et ses vins »

A l’occasion du bi-centenaire de la parution du 1er ouvrage édité par la maison Féret en 1814, les éditions Féret viennent de publier la 19 ème édition du Féret « Bordeaux et ses vins. « Les Mots du Vin » ont interrogé Bruno Boidron, le directeur de la maison d’édition bordelaise, sur les dessous de la fabrication de cette institution qu’est « Le Bordeaux et ses vins ». 

Bruno Boidron raconte le « Bordeaux et ses Vins »

Le « Bordeaux et ses Vins » est indissociable de l’image de la maison Féret, vieille dame de l’édition vineuse qui a su rester jeune par les projets qu’elle développe régulièrement. Bruno Boidron, son directeur, nous en raconte les évolutions et ce que représente comme somme de travail et d’informations collectées l’élaboration de cet ouvrage connu internationalement.

Une belle histoire qui commence en 1850

Michel-Édouard Féret reçoit alors fréquemment la visite de Charles Cocks, professeur agrégé anglais installé à Bordeaux en 1840, qui a rédigé un guide à l’usage de ses compatriotes. C’est à partir de cet ouvrage publié à Londres en 1846 par les Éditions Longman, « Bordeaux : its wines and the claret country » que Michel-Édouard Féret propose en 1849 à Charles Cocks de l’éditer en français. Ainsi paraît, en 1850, le « Guide de l’étranger à Bordeaux et dans la Gironde » qui va recenser les vins classés par ordre de mérite. C’est le premier « Féret » qui comporte 316 pages.

Charles Cocks décède en 1854. Édouard Féret, le fils de Michel-Édouard, saura l’adapter au fil du temps en donnant de plus en plus d’importance au vin. Et celà jusqu’à la 19 ème édition qui vient de paraître, elle aussi retravaillée et en évolution : des expertises nouvelles en contribution, une carte …

Le "Bordeaux et ses Vins"

Les experts de « Bordeaux et ses Vins »

FéretCe sont des experts reconnus de la vigne et du vin qui ont contribué à cette 19 ème édition du « Féret », y partageant tout leur savoir dans la première partie de l’ouvrage : Bernadette DUBOS, Ingénieur de recherche honoraire, Claire NEEMA, Professeur de viticulture à SupAgro Montpellier, Éric AGOSTINI, Agrégé des facultés de droit – IEP et avocat à la cour, Jean-Claude AVENARD, Ingénieur agricole, Jean-Marc BAHANS, Docteur en droit professeur associé à l’université de Bordeaux et Directeur du master de droit de la vigne et du vin, Laurent BERNOS, Directeur du service vigne et vin de la chambre d’agriculture de la Gironde, Jean BISSON, Docteur en oenologie-ampélologie, Benjamin BOIS, Maître de conférences à l’université de Bourgogne et spécialiste des relations climat-vigne, Louis BORDENAVE, INRA – Écophysiologie et génomique fonctionnelle de la vigne, Jean-Philippe CODE, Service Économie et Études – CIVB, Jean CORDEAU, Ingénieur agricole, Jacques DELAS, Directeur de recherche honoraire INRA, Denis DUBOURDIEU, Professeur à la faculté d’oenologie – Université Victor Segalen Bordeaux II, Serge KREITER, Professeur d’écologie animale et zoologie agricole à Montpellier SupAgro, Jean-Pierre LAGNEAU, Créateur-spécialiste de l’analyse psycho-sensorielle, Cornelis VAN LEEUWEN, Professeur de viticulture à Bordeaux Sciences Agro et à l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin, Jean-Marc ORGOGOZO, Professeur de neurologie à l’université Victor Segalen Bordeaux II et Chef du service de neurologie CHU Pellegrin, Philippe ROUDIÉ, Professeur émérite à l’université Michel de Montaigne – Bordeaux III, Gérard SEGUIN, Professeur émérite à l’Université Bordeaux II, René SFORZA, Entomologiste à l’European Biological Control Laboratory – USDA/ARS (Campus international de Baillarguet – Montpellier), Nicolas VIVAS, Oenologue, docteur ès sciences, Jean-Louis VIVIÈRE, Chargé de mission Terroir et Territoire au CIVB.

La première partie de l’ouvrage, consacrée aux données fondamentales de la vigne et du vin en Gironde, a été écrite par ces spécialistes. Elle débute cette fois-ci par un nouveau chapitre consacré aux terroirs.

Un travail d’équipe en profondeur

Bruno BOIDRON a eu pour rôle de coordonner les 50 personnes qui l’entourent dans cette tâche de collecte des informations, notamment celles relatives aux crus du Bordelais. C’est en effet à partir des données des déclarations de récolte que le travail commence. Travail de fourmis, travail de précision dans cette recherche de données qui consiste à croiser les informations sur les exploitations viticoles avec celles des crus, des châteaux.

Les nouveautés de la 19ème édition

Outre les données scientifiques sur le terroir, la nouveauté de cette édition en ce qui concerne les appellations et les crus, est l’arrivée de la toute jeune appellation (créée en 2008) Côtes de Bordeaux. Et, bien sûr, l’actualisation des données des appellations liée aux nouveaux Cahiers des Charges. De même, de nouvelles rubriques avec l’oenotourisme, mais également la mention de l’évolution des pratiques culturales tournées vers une viticulture durable, respectueuse de l’environnement.

Autre nouveauté de cette 19 ème édition : le choix d’y joindre la carte publiée dès 1908 pour illustrer la 8e édition du « Bordeaux et ses Vins », en « reprint », sans ajouts.

L’expression des évolutions du secteur : la concentration

FéretEt, pour la première fois en vingt ans, le nombre de pages diminue, reflet de la concentration qui se fait régulièrement dans le vignoble bordelais. Alors qu’en 1995, pour la 15e édition, seules deux ou trois propriétés dépassaient les cent hectares, elles sont aujourd’hui plus de quarante : à peine plus de cent personnes – morales ou physiques – se partagent près de vingt mille hectares, soit plus de 18 % du vignoble bordelais. Le secteur coopératif n’a pas été en reste : les fusions y ont été particulièrement présentes.

En conclusion, si les Editions Féret prévoient des évolutions notamment en matière d’utilisation numérique,  avec cette 19 ème édition du « Bordeaux et ses Vins, il s’agit bien de « prendre en compte la notoriété des marques viticoles, leur pérennité au fil du temps, e de se faire l’expression d’un secteur de l’économie en évolution perpétuelle.

Le « Bordeaux et ses Vins » en chiffres

  • 24 chapitres d’information sur la vigne et le vin en Gironde
  • 4 900 vinificateurs
  • 114 000 hectares référencés sur les 115 000 hectares que comporte le vignoble
    girondin
  • plus de 11 000 marques rattachées aux propriétés (châteaux, domaines, seconds
    vins,…)
  • 1 900 marques rattachées aux maisons de négoce
  • 12 000 noms de propriétaires, exploitants, oenologues, chefs de culture, négo
    ciants…
  • 1 000 domaines avec une description détaillée et illustrations (participation des crus à titre onéreux)
  • 425 communes viticoles sur un total de 554 communes en
    Gironde
  • 160 entreprises de négoce
  • 0,07 hectare : la plus petite surface de domaine: Château Linot à Saint-Estèphe
  • 321 hectares : la plus grande surface de domaine : Château La Borne à Massugas
  • 22 auteurs ont contribué à l’écriture de ce nouveau Féret
  • 66 personnes participant à sa réalisation
  • 3 années de travail (2012-2014).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération ! | Mentions Légales