ECONOMIE-MARKETING HUMEURS VIGNE VIN

Quelle récolte 2014 ?

Alors que certains vignobles français ont été durement touchés par la grêle, pour les autres, le millésime 2014 se présente plutôt favorablement pour le moment avec, de façon générale, des rendements satisfaisants et des vendanges plus précoces que les millésimes précédents. Mais les viticulteurs n’osent pas encore y croire, croisant les doigts jusqu’à la vendange. Tant que la récolte 2014 n’est pas ramassée, le millésime n’est pas fait. C’est le lot des exploitants de la terre : ne jamais savoir jusqu’au terme ultime ce que leur réserve « Dame Nature ».

Vins français : une récolte 2014 en augmentation

La précocité du millésime est à ce jour confirmée sur le territoire national, justifiée par la douceur de l’hiver et du printemps. Une croissance de 10% prévue à ce jour par le Ministère de l’Agriculture et France Agrimer pour la production de vin sur le territoire français en 2014, viendrait compenser les deux récoltes précédentes de 2013 et 2012, historiquement faibles (46,4 millions d’hectolitres de vin attendus en 2014 contre 42,4 millions en 2013, soit une augmentation de plus de 9%).

Les vignobles du Val de Loire

Le Val de Loire présente un potentiel en volume, supérieur de 7 % à 2013, proche de la moyenne quinquennale 2009-2013.  Avec une floraison rapide et homogène, aidée par des conditions climatiques très favorables, les vendanges sont envisagées sur la 1ère semaine de septembre.

Languedoc-Roussillon

Plus au Sud, le développement des grains en Languedoc-Roussillon a été favorisé par les pluies de mi-juin (quand, dans l’Aude et le Minervois, la grêle du 6 juillet a dévasté 12 800 ha de vignobles). A l’exception des vignes grêlées, à ce jour c’est un état du vignoble globalement satisfaisant avec des premières vendanges prévues autour du 15 août, pour des quantités estimées en légère baisse par rapport à 2013 (12,6 Mhl de volume, contre 13,6 Mhl). Par département cela donnerait 3,46 Mhl pour l’Aude, 3,50 pour le Gard, 4,85 pour l’Hérault et 0,82 pour les Pyrénées-Orientales.

Pour ces dernières, si la récolte 2014 doit débuter vers le 15 août comme en Languedoc-Roussillon, la production est estimée à 0,82 hectolitres, contre 0,77 en 2013, à contre-courant du Languedoc-Roussillon, car supérieure en quantité vis-à-vis de 2013. Cela s’expliquerait par une pluviosité correcte pendant l’hiver sur les Pyrénées-Orientales.

En Bordelais

Après une année 2013 difficile, les premiers indicateurs de la récolte 2014 des Vins de Bordeaux augurent d’une récolte correcte en quantité et en qualité. La floraison 2014 s’est déroulée dans de bonnes conditions et le potentiel de récolte permet d’envisager  50 % de volume supplémentaire (5,95 millions d’hectolitres, contre 3,95 millions l’an passé). Les vendanges sont envisagées vers le 25 septembre, avec des rendements supérieurs à la moyenne des années précédentes, malgré la grêle qui a touché le Médoc en juin sur 1.500 ha.

Château Cadet-Bon-Copyright Nadine Couraud

Le Beaujolais

Là aussi, en Beaujolais, le millésime 2014 s’annonce sous de bons auspices, avec un bon état sanitaire du vignoble et des conditions climatiques favorables. Après un premier trimestre 2014 chaud et très ensoleillé, le débourrement a eu lieu à une date plutôt précoce : autour du 02 avril.

Le second trimestre 2014, lui aussi très chaud (un des plus chauds depuis 1960) a permis une floraison courte et homogène du 2 juin au 9 juin (environ 7 jours contre 10 en moyenne ces dernières années). Cette nouvelle récolte 2014 s’annonce prometteuse (à modérer pour les vignobles grêlés de Saône et Loire).

La Bourgogne

Bien que la Bourgogne fasse partie des vignobles grêlés (en Côte d’Or avec 6.000 ha de vigne touchés), le vignoble est en avance de 10 jours comparé à une année normale, et l’état sanitaire de la vigne est bon, avec un potentiel de production élevé (sauf en Côte d’or où la grêle du 28 juin a causé des dégâts).

Côtes du Rhône et Sud-Est

En Côtes du Rhône et dans les vignobles du Sud-Est, la floraison s’est déroulée dans des conditions favorables. Malgré un impact localisé de la grêle dans le Var, les Bouches-du-Rhône et l’Ardèche, la production régionale, en hausse comparée à 2013, devrait retrouver un niveau moyen.

La Champagne

En Champagne, le vignoble présente une semaine d’avance par rapport à une année normale, avec un état sanitaire du vignoble bien préservé à mi-juillet.

L’Alsace

En Alsace, le déficit en eau du printemps a été compensé par le niveau des précipitations de juillet. A ce jour, l’état sanitaire est préservé.

Jura et Savoie

Tant  en Savoie que dans le Jura, la floraison permet d’envisager un potentiel proche de la moyenne quinquennale.

Cognac – Charentes

En Charentes, hormis les 7500 ha touchés par la grêle du 8 juin, le potentiel de production est prometteur à ce jour, avec une floraison qui s’est déroulée dans des conditions favorables et un état sanitaire satisfaisant à fin juillet.

La grêle en 2014

Selon France Agrimer, la grêle a affecté 28.000 hectares de vignes, dont près de la moitié pour le département de l’Aude (12.800 hectares). En ce qui concerne la Bourgogne et le Beaujolais, la récolte AOC est cependant prévue en hausse de 9 % par rapport à 2013, avec 2,17 millions hl.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération ! | Mentions Légales