BORDEAUX DEGUSTATION ECONOMIE-MARKETING VIN

Que sera le millésime 2013 ?

Le président de l’Union des Grands Crus de Bordeaux annonce pour 2013 un millésime « inégal », comme le faisait prévoir l’année difficile vécue au vignoble, estimant pourtant que « le millésime 2013 n’est pas moins bien, ni mieux que 2011 et 2012 », et précisant encore que « tout le monde ne l’a pas réussi de la même façon ». Que sera donc ce millésime 2013 que les Primeurs devraient dévoiler bientôt ?

Inquiétude et discordances

Si le Bordelais s’inquiète de savoir si ce millésime 2013 saura attirer les acheteurs des Primeurs, cette période pré-primeurs 2013 est surtout caractérisée par des discours contradictoires.

En effet, certains choisissent de conforter l’image de marque de leur cru en décidant de ne pas faire de premier vin en 2013, à l’instar de Château d’Yquem en 2012. Et d’autres, parlant pour la majorité qui ne pense pas prendre cette option, s’insurgent contre ces minoritaires qui prennent le parti de ne pas faire de grand vin sur ce millésime.

Car ceux qui n’en feront pas … le disent

Car le problème réside surtout dans le fait que ces derniers en profitent pour communiquer positivement leur politique qualitative, mettant par là-même le projecteur sur les faiblesses du millésime ! Les intérêts des uns n’étant pas les intérêts des autres, chacun y va de son couplet !

La décision récente du Château Malescasse, cru bourgeois, de ne pas sortir de grand vin sur le millésime 2013, annoncée par la bouche de Stéphane Derenoncourt  a été critiquée. Gombaude-Guillot a, depuis, annoncé la même intention.

Combien seront-ils à ne pas faire de premier vin en Bordelais sur le millésime 2013, ou à en faire une quantité minimum ?

Un aménagement réglementairement possible

Car en  effet, la réglementation permet sur chaque millésime un aménagement de la qualité intrinsèque des vins du millésime, par intégration autorisée de 15 % d’un autre millésime, Cela pourrait légèrement changer la donne qualitative du 2013, notamment si le millésime 2014 devait être généreux et qualitatif.

Mais peut-être plus probable, ce sera peut-être le millésime 2013 qui viendra se fondre à hauteur de 15 % dans les  autres millésimes pour en minimiser le volume à commercialiser !

La semaine des Primeurs

Chacun, au travers de cette réglementation, et de ce que la nature a bien voulu accorder en 2013, pourra faire le meilleur 2013. La semaine des Primeurs, qui a lieu du 31 mars au 4 avril, sera le meilleur test tant de l’intérêt du marché sur ce millésime, que de la qualité des vins ! Attendons donc de déguster ce que les professionnels auront créé en 2013 pour pouvoir en dire plus, car c’est bien sur ces millésimes réputés moins faciles qu’on peut reconnaître les bons artisans de la vigne et du vin !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération ! | Mentions Légales