CULTURE DEGUSTATION VIN

« Mimi, Fifi et Glouglou, petit traité de dégustation » sort le 22 Octobre

C’est sur le site Glougueule que les dégustations de « Mimi, Fifi et Glouglou » ont vu le jour. Ils seront en librairie le 22 octobre ! Un ouvrage de BD de 60 planches dont 40 inédites, préfacé par Jacques Ferrandez et publié par Les Editions de l’Epure, sur le site desquelles il est disponible dès aujourd’hui 14 Octobre !

L’auteur : Michel Tolmer

Le père de Mimi, de Fifi et de Glouglou, c’est Michel Tolmer. Diplômé de l’École Supérieure d’Arts Graphiques, il est peintre et graphiste et exerce résolument ses talents dans le monde des vignerons “libres et natures”, avec un travail tendre et décalé qui s’adapte au monde de la ripaille.

Il est l’illustrateur aux Editions de l’Épure de Des tripes et des lettres et de San-Antonio se met à table. Il est aujourd’hui surtout l’auteur de « Mimi, Fifi et Glouglou, Petit Traité de dégustation« . Il est aussi un des acteurs de Glougueule (voir ci-dessous) !

La BD

La passion immodérée du vin peut conduire à des abus. Dans le cas de Mimi, Fifi et Glouglou, le vrai problème est qu’ils boivent tout le temps. La dégustation est une passion dévorante, qui les démange en continu : ils ne pensent qu’à ça, ils en rêvent la nuit, c’est une passion qui l’emporte sur tout.

Goûter les vins, les comparer, mettre des mots sur des sensations fugaces et insaisissables, et surtout ce qu’ils préfèrent : reconnaître un vin à l’aveugle, l’appellation, le millésime, le vigneron et, même, le prénom de sa belle-soeur.

Mais d’aventures « dégustatives » en aventures « dégustatives », ils connaîtront des déceptions, Mimi, Fifi et Glouglou. Faisant assaut d’ignorance, de présomption, de mauvaise foi, ils vont connaître connaître l’échec, mais rien jamais ne les décourage, parce que le « Graal » pour eux reste toujours l’ouverture de la prochaine bouteille et la découverte de ce qu’elle leur réserve : plaisirs jamais totalement assouvis !

Format : 20,5 x 33 cm – Nombre de pages : 96. imprimé en France par l’imprimerie Art & Caractère à Lavaur (Tarn). Disponible dès le 14 octobre sur le site des Editions de l’Epure (22 € + 7.60 € de frais de port).

Les Editions de l’Epure

Il y a plus de 20 ans que Les Éditions de l’Épure existent dans le monde du livre, avec pour ambition d’offrir une ligne éditoriale guidée, tant sur le fond que sur la forme, par l’esprit de la création, et la liberté d’expression pour des auteurs animés par la passion et le plaisir d’écrire.

Au programme des Editions de l’Epure, la création littéraire et les plaisirs gustatifs. Pour les Editions de l’Epure, le livre qui écrit la gastronomie est livre d’art, donnant la part belle au texte, au graphisme et aux papiers de création (Meilleur éditeur au Gourmand World Cookbook Awards 2008).

Les Editions de l’Epure, c’est Sabine Bucquet-Grenet, l’éditrice, basée 25 rue de la Sablière à Paris (75014), qui a permis une gestation de ce projet de 24 mois dans les meilleures conditions.

Et Glougueule, le site à l’origine duquel …

« Glougueule, pour les hommes de Glou », c’est un site porté par un trio, 3 amateurs de vin, Michel Tolmer, Philippe Quesnot et Sylvie Augereau. Glougueule ou l’impertinence du vin, le vin décalé qui recale, avec des mots, des photos et bien sûr les dessins de Michel Tolmer !

Leur présentation par eux-mêmes :

Philippe Quesnot : « Philippe Quesnot se dit épicier à Grasse. Dans sa supérette Spar, il deal des bouteilles de vins natures aux retraités venus prendre le soleil de Méditerranée. Mais la blouse tombée, il sévit : Quesnot photographie ses vignerons préférés affublés de lunettes de Picsou. Un jour, il s’est mis à les disséquer : au scalpel, il les aplatit ou les étire à la Giacometti. Un éditeur a crié au génie et les portraits ont été reliés. Dans Vin d’Yeux, Quesnot fige une belle communauté de bus et de buveurs, militants joyeusement pour le vin vivant. Un monde auquel il fait chanter : « chassez le naturel, il revient au goulot. »

Michel Tolmer : « Michel Tolmer met le vin en image. Il est derrière les étiquettes d’Anselme Selosse en Champagne, de Catherine et Pierre Breton de Bourgueil, de Jo Landron du Muscadet… et toujours il pique dans le vif du vigneron et gratouille l’esprit du vin. Ses personnages s’enivrent avec élégance et gardent le vin gai. Il l’a aussi. De ses réunions « Tu peux r’boire » avec Monsieur Quesnot (ci-dessus) sortent des lignes vestimentaires estampillées « Ivre au chai », « Juste bois-le»… et un site internet : « glougueule, pour les hommes qui ont du glou. »

Sylvie Augereau : « Sylvie Augereau est une journaliste pleine d’humour. Elle traque, elle scrute, elle débusque, elle note à bout portant. Et toujours elle finit en introduction, au coeur des hommes qui font le vin. Elle publie les “humeurs” vigneronnes dans des revues « Terre de vins », « La Revue du Vin de France », « Cuisine et vins de France », « Omnivore ». On lui doit la co-création d’une manifestation devenue référence : “la Dive bouteille” -salon de dégustation débordant, tout azimut, qui fait sortir de cave de futurs grands vignerons. Elle a compilé l’an dernier quelques années de vadrouilles en un Carnet de Vigne (les 200 vins 100% raisin, éditions de l’Epure) qui a connu un très bel accueil. »



L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération ! | Mentions Légales