BORDEAUX ECONOMIE-MARKETING VIN

Vins de Bordeaux : les changements, c’est maintenant

Nouveau Président, nouveau Directeur ! L’alternance étant la règle au CIVB entre le négoce et la production, c’est le Président du Syndicat Bordeaux, Bernard Farges, qui est devenu ce 15 juillet 2013 le nouveau Président de l’Interprofession des Vins de Bordeaux pour trois ans, succédant à Georges Haushalter, représentant du négoce, alors que le directeur du CIVB vient de partir à la retraite, remplacé par Fabien Bova qui vient de la fonction publique.

Georges Haushalter, président sortant

Elu à la présidence du CIVB en 2010, il a mené sa mission de trois ans à son terme. Une tâche sans doute pas toujours aisée ainsi qu’une partie de son discours lors de l’Assemblée Générale du CIVB du 15 juillet le suggère : « ce qui rassemble est plus important que ce qui divise nos familles ». Il n’a pas manqué d’évoquer que le marché des vins de Bordeaux va mieux au moment où il laisse la présidence que quand il a pris la tête de l’Interprofession. Peut-on penser que l’Interprofession est à l’origine de cette évolution ?

Bien que né à Paris où il a vécu pendant une trentaine d’années, ses attaches familiales sont alsaciennes par son père (un village au Nord de l’Alsace, près du Luxembourg) et girondins par  sa mère. Venu du marketing, après des études à l’ESSEC, Georges Haushalter, aujourd’hui âgé de 53 ans, arrive à Bordeaux en 1996 au poste de Directeur commercial et marketing chez Cordier, négoce bordelais. Il passera ensuite  deux années chez Louis Jadot en Bourgogne. Et à compter de 2002, il devient directeur général de la Compagnie Médocaine des Grands Crus, qui appartient au Groupe Axa Millésimes.

Georges Haushalter a été président du CIVB de 2010 à 2013

Sa formation et son expérience marketing l’amènent ensuite à intégrer le syndicat du négoce, l’Union des Maisons de Bordeaux dont il devient le Président en 2008, et de même la commission promotion du CIVB. Et pendant ces trois années à la tête du CIVB de 2010 à 2013, il va accompagner des dossiers comme la Cité des Civilisations du Vin,  l’émergence du marketing internet au CIVB avec SmartBordeaux, et redessiner une segmentation pour les vins de Bordeaux : Bordeaux demain, etc… A son départ, comme il l’a lui-même pointé, la filière n’allait pas plus mal qu’à son arrivée !

 Bernard Farges, nouveau président

A 49 ans, Bernard Farges n’est pas un nouveau dans le landerneau bordelais. Président depuis 2006 du Syndicat des AOC Bordeaux, dont il assume aussi d’une certaine façon la direction depuis le licenciement de son directeur en 2009 (non remplacé depuis), il a également été élu président de la CNAOC (Confédération Nationale des Appellations d’Origine contrôlée) le 15 novembre 2011 pour un mandat de trois ans. Il cumule ainsi aujourd’hui trois fonctions de président d’organismes professionnels d’importance. A un moment où le cumul des mandats pose question dans la sphère politique, comment ne pas se la poser dans la sphère professionnelle ? Sans doute certains se la sont posée puisque qu’Allan Sichel, vice-Président du CIVB et Président du négoce bordelais, en saluant l’élection de Bernard Farges se posait cependant la question d’éventuels intérêts contradictoires entre les différentes fonctions.

A noter : Bernard Farges est aussi Vice-Président de l’EFOW (European Federation of Origin Wines),organisme actuellement en combat aux côtés de la CNAOC, avec l’ICANN sur les Top Level Domain (TLD) .vin et .wine (voir notre article « .vin : l’ICANN renvoie la balle dans le camp des intéressés »), et est depuis 2008 Président du Conseil d’Administration de Bordeaux Sciences Agro (Ecole Nationale Supérieure des Sciences Agronomiques de Bordeaux Aquitaine).

Le nouveau président 2013 du CIVB pour trois ans

Et la viticulture dans tout ça ? Marié et père de 3 enfants, Bernard Farges exploite avec son frère 95 hectares de vignes en appellation Bordeaux rouge, blanc et Bordeaux Supérieur rouge à Mauriac (Canton de Sauveterre-de-Guyenne). Mais quel temps lui reste-t-il pour être en outre viticulteur ?

Fabien Bova

Succédant à près de 25 années d’une direction du CIVB par Roland Feredj, Fabien Bova est devenu Directeur Général du Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux (CIVB) au 1er juillet 2013. Agé de 55 ans (Fabien Bova est né en 1958), on peut penser déjà que son activité au CIVB sera moins longue que celle de son prédécesseur. C’est donc un directeur « senior » dont vient de se doter l’Interprofession des Vins de Bordeaux. Comment va-t-il s’exprimer dans cet organisme professionnel, lui qui arrive de la fonction publique ?

Le nouveau directeur de l'Interprofession des Vins de Bordeaux, Fabien Bova

Ingénieur agronome de formation, Fabien Bova connaît déjà la Gironde et la filière viticole de par les postes qu’il y a occupés. De janvier 1993 à juin 1996, il est Chef du Service de l’Eau et des Équipements Publics Ruraux à la D.D.A.F. de la Gironde, puis de juillet 2001 à avril 2004, il occupe le poste de Directeur de la D.D.A.F. de la Gironde. En 2005, il devient Conseiller spécial de Dominique Bussereau au Ministère de l’Agriculture, chargé entre autres de la viticulture, puis en février 2006, il revient en Gironde en tant que Directeur à la Direction régionale et départementale de l’agriculture et de la forêt. Puis ce sera Conseiller Technique Chargé de l’Agriculture pendant 6 mois (de juin 2007 à décembre 2007) au Cabinet de François Fillon, et d’avril 2009 à avril 2013, Directeur Général de FranceAgrimer.

Le fonctionnement du CIVB

C’est une interprofession de poids qu’il vient d’intégrer puisque le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux (CIVB), interprofession des vins de Bordeaux créée en 1948, représente pour la production 112.000 ha, 7.055 viticulteurs dont 38 caves coopératives, et pour la commercialisation 300  maisons de négoce et 95 courtiers. Avec un budget de 40 millions d’euros en 2013, le CIVB est la première interprofession viticole française.

La mission du CIVB est de faciliter le fonctionnement de la filière par la connexion entre les familles de la production et de la commercialisation, mais aussi d’édicter les règles communes applicables aux acteurs de la filière par le biais des accords interprofessionnels généralisés par les pouvoirs publics. L’interprofession est ainsi contrôlée par l’Etat, notamment pour la part de « cotisation interprofessionnelles obligatoires » sur les transactions de vins qui contribuent à son fonctionnement.

Outre ses missions d’ntérêt général, son rôle se manifeste principalement dans trois domaines :
• Marketing /communication, en soutenant l’action des professionnels de la filière, en travaillant à développer la notoriété des vins de Bordeaux, et en mettant en place les conditions d’un environnement économique favorable aux vins de Bordeaux.
• Économique, en contribuant à une meilleure connaissance des vins produits, des marchés, de la commercialisation des vins de Bordeaux dans le monde.
• Technique, en contribuant à la recherche technique, dans le but d’améliorations qualitatives des vins de Bordeaux et d’anticipation des nouvelles tendances en matière d’environnement et de sécurité alimentaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération ! | Mentions Légales