CHAMPAGNE ECONOMIE-MARKETING VIN

Coopératives Vinicoles de France : modernité et performance économique

Le Congrès 2013 des 690 caves coopératives de France, organisé à Troyes les 3 et 4 juillet, a permis de fédérer les énergies et de rappeler quelques valeurs et préoccupations communes. Au menu des travaux, l’export et la performance économique, les vins bio et la responsabilité sociétale, la gouvernance et le statut des caves au sein de l’économie sociale et solidaire, les droits de plantation, le foncier face à la concurrence de l’urbanisation et à l’impact de la spéculation qui rend les terres chères, terres qui représentent 322 000 hectares, 39 % des AOC et 17 000 salariés, soit une bouteille de vin sur deux produites en France.

Une problématique liée au foncier

La pression foncière sur les vignobles due à l’urbanisation et au grignotage lié aux P.L.U.s et aux construction d’autoroutes et de lignes TGV, ou aux arrachages,représente un problème structurel à l’impact certain sur le maintien du potentiel de production des coopératives et sur leur pérennité. Pour la Confédération des coopératives vinicoles de France (C.C.V.F.), il est nécessaire d’améliorer et même d’imaginer de nouveaux dispositifs réglementaires et financiers adaptés au modèle coopératif. Ce qui justifie la saisine du Haut Conseil de la Coopération Agricole sur cette question, avec la constitution d’un groupe de travail réunissant les acteurs de la coopération et leurs parties prenantes en vue d’élaborer une stratégie d’avenir en la matière, sur les capacités d’une coopérative à acheter, exploiter et louer du foncier, et le cas échéant de faire des propositions réglementaires. Pour Eric Potié, président de la Commission foncier de la C.C.V.F. : « Le modèle coopératif peut apporter une valeur ajoutée dans la maîtrise du foncier. Nous souhaitons à la fois sécuriser les pratiques, les mettre en adéquation avec nos statuts, et assurer pour l’avenir la pérennité de nos coopératives ».
En parallèle, une enquête a été menée par la C.C.V.F. auprès de ses adhérents pour faire un état des lieux des pratiques des caves coopératives en matière de foncier. Les résultats ont été présentés lors du Congrès des caves coopératives qui vient de se dérouler les 3 et 4 juillet en Champagne. Pour les Vignerons Coopérateurs, il s’agissait d’être force de proposition, notamment dans le cadre de la future Loi d’Avenir agricole. Pour Boris Calmette, président de la C.C.V.F., « le foncier est plus que jamais un enjeu majeur pour les coopératives. Il est temps que la coopération s’empare du sujet et fasse preuve de sa capacité à apporter des solutions adaptées et innovantes ».

L’avenir de cette économie sociale et solidaire

En clôture du Congrès, le président de la CCVF, Boris Calmette, a indiqué que la CCVF était porteuse de propositions sur les prochains projets de loi : projet de loi sur l’économie sociale et solidaire et projet de loi d’avenir agricole, tout particulièrement sur la relation entre les associés coopérateurs et leur coopérative, le foncier, l’enseignement agricole, ou encore les futurs groupements d’intérêt écologique et économique.
« Il faut inscrire la filière dans une stratégie de développement y compris de la production, qui doit être tirée par la conquête de parts de marché », a ajouté le président de la CCVF.



L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération ! | Mentions Légales