ECONOMIE-MARKETING ETRANGER VIN

L’Azerbaïdjan, 45 ème membre de l’Organisation Internationale du Vin

C’est lors de la 11ème Assemblée Générale de l’O.I.V. (Organisation Internationale de la Vigne et du Vin) qui s’est déroulée au Palais du Parlement de Bucarest du 2 au 7 juin, que l’Azerbaïdjan a vu officialisée son adhésion à cet organisme mondial. L’Organisation international de la vigne et du vin est une organisation intergouvernementale, c’est-à-dire composée d’États Membres. Elle était composée de 44 États Membres jusqu’à cette 11 ème Assemblée Générale.

Des engagements pris de part et d’autre

Après une visite du Ministre de l’Agriculture d’Azerbaïdjan, M. Ismat Abbasov, au siège de l’OIV en février, des engagements avaient été pris. Celui d’un plan d’action de coopération pour le développement du secteur de la vigne et du vin, après que l’Azerbaïdjan ait engagé il y a deux ans un plan national pour restructurer sa viticulture avec l’objectif d’établir un vignoble de 60.000 hectares.

M. Castellucci, Directeur Général de l’OIV, avait alors assuré le Ministre et le Directeur de l’Institut National de la recherche viticole, M. Tariel Panharov de « l’entier soutien de l’OIV et de ses Etats membres », des premiers échanges avec des responsables techniques et scientifiques de l’Azerdaidjan devant être mis en place à compter de l’entrée de l’Azerbaïdjan à l’OIV, se poursuivant en novembre 2013 à Gandja, l’une des principales zones viticoles au pied du Caucase, à l’occasion du 2ème Festival International de la Vigne et du Vin qui sera placé sous le patronage de l’OIV.

OIV-Azerbaïdjan-© OIV.INT

Terre de feu

L’Azerbaïdjan, que les Anciens appelait Terre de Feu, est en efft aussi une terre de vin. Les experts avancent que la vigne était déjà installée en Azerbaïdjan il y a au moins 7.000 ans. C’est ce que vient de reconnaître l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin en intégrant l’Azerbaïdjan en son sein, en tant que membre de l’OIV.

Localisé entre l’Europe et l’Asie, sur les rives de la Mer Caspienne, ce pays a connu, depuis son indépendance en 1991, un développement économique, agricole, industriel, lié notamment au pétrole et au gaz dont il est un des premiers producteurs mondiaux, avec une croissance maîtrisée.

Terre de vin

Après avoir été longtemps une des principales républiques de l’URSS à élaborer des vins, avec environ 300.000 ha plantés de cépages autochtones, en 1985, tous les vignobles ont été arrachés et les caves ont été détruites, du fait de la politique anti-alcoolique de Gorbatchev.

Après l’indépendance en 1991, le gouvernement installe une politique de réimplantation de la vigne. En 2005, ce sont 9.500 ha qui ont été replantés, pour aboutir à 10.000 ha en 2013. Alors que l’Azerbaïdjan était très riche en cépages indigènes (plus de 200 variétés de raisins de cuve et raisins de table blanc : Ganja, Bayanshira, Agh Shany, Agh Kismishi, et raisins rouges : Madrasa, Shirvanshahi, Khindogny, Gara Shany, Shamakhy, Merendisi, Hamashara, Gara Kismishi, seuls les plus qualitatifs ont été conservés : Saperavi, Madrasa, Rkatsiteli, Baian Shirei, et associés à des cépages importés : Chardonnay, Sauvignon, Cabernet Sauvignon, Merlot, Syrah (ici appelé Shiraz).

L’activité énergétique liée au pétrole et au gaz étant localisée sur les bords de la Mer Caspienne, la vigne a pu s’installer dans la Nord et le Centre du pays sur l’axe Bakou/Ganja-Gazakh et Ismayilli-Zagatala, cette partie du pays étant protégée des vents du Nord par le Caucase, avec une influence méditerranéenne par le corridor Caspienne/Mer Noire. Les meilleures zones de production de l’Azerbaïdjan sont ainsi : Ganja, Goy-Goyl, Shamkir, Tovuz, Agstafa, Gazakh, Sheki, Ismayilli, Zagatala, Shamkhi, Agdam, Haut Karabakh.

L’Azerbaïdjan représente une belle reconversion, avec une viticulture contemporaine qui a conduit l’Azerbaïdjan à être reconnu aujourd’hui au sein de l’Organisation Internationale de la Vigne et du Vin.



L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération ! | Mentions Légales