ECONOMIE-MARKETING VIN

Noms de domaines en « .vin » : le problème reste entier

Noms de domaines en « .vin » : le problème reste entier

Concernant l’attribution à la vente d’extensions de noms de domaine en « .vin » et en « .wine » (ou domaines de premier niveau : Top Level Domain -TLD-) à des sociétés qui pourront vendre les noms de domaine de deuxième niveau sans justification d’appartenance au monde du vin ou des appellations, c’est à dire au plus offrant, la CNAOC (Confédération Nationale des AOC) et l’EFOW (European Federation of Origin Wines) restent mobilisés vis-à-vis de l’ICANN (voir notre article « La Multiplication des extensions : opportunité ou danger ?« )

 La CNAOC et l’EFOW restent très préoccupées de l’ouverture des noms de domaines en « .vin » et « .wine » par l’ICANN (organisme américain privé qui gère l’attribution des noms de domaines sur internet) et surtout de l’attribution de la vente de ces derniers à des sociétés qui ont déposé les dossiers pour acheter le .vin et .wine, et avoir ainsi la capacité de revendre les noms de domaines de second niveau (un nom devant l’extension .vin ou .wine) au plus offrant, sans critères d’attribution lié à l’appartenance au monde du vin ou à l’existence de marques existantes ou d’appellations.

Le plus préoccupant pour la CNAOC et l’EFOW reste en effet la possibilité de commercialiser de cette façon des noms de domaine comportant des noms d’appellation, par exemple des noms de domaines comme «bourgogne.vin» ou «bordeaux.vin», qui pourront être achetées par des acteurs totalement étrangers aux vins des régions viticoles concernées. Cela entraînera en effet un risque plus élevé de confusion pour le consommateur et un risque de surenchère nécessaire par le producteur d’un cru ou le commercialisateur d’une marque, obligés de racheter beaucoup plus cher ces noms de domaines aux sociétés qui en sont devenues propriétaires !

Après avoir mobilisé tout d’abord le gouvernement français, puis l’Espagne et la Commission Européenne, la CNAOC et l’EFOW ont ensuite mené une campagne d’informations qui a permis de sensibiliser la presse et l’opinion publique. Grâce à cette alerte, la France, l’Espagne et la Commission Européenne ont pu réagir rapidement et ont demandé la suspension de toute décision de l’ICANN jusqu’en juillet.

Et  jusqu’au 14 juillet, date de la prochaine session de l’ICANN à Durban,  la CNAOC travaille avec l’EFOW à tenter d’élaborer un système de protection des AOC/IGP sur internet acceptable par l’ICANN. Mais rien n’est gagné !

.vin et .wine, Top Level Domains


2 comments on “Noms de domaines en « .vin » : le problème reste entier
  1. Pingback: MEMOIRE | Pearltrees

  2. Pour en savoir plus sur ce sujet, vous pouvez aussi consulter le site Internet du projet original, initialement créé en 2009 : le projet dotVinum.

Comments are closed.


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération ! | Mentions Légales