AGENDA HUMEURS VIN

2-3 juin : Sous les pavés, la vigne : Antonin et les 40 viticulteurs

2-3 juin : Sous les pavés, la vigne  ! Un salon des vins organisé pour une 1ère fois par « Rue 89  » et Antonin Iommi-Amunatégui de « No Wine is innocent », cela attise la curiosité et donne envie d’aller voir. Même si on peut imaginer que l’organisation de ce salon ressort aussi du modèle économique de la presse que pratiquent déjà « Bettane et Desseauve » et « La RVF ». Sans doute pas avec les mêmes producteurs, et peut-être pas tout à fait les mêmes visiteurs, chacun son lectorat, chacun sa cible.

L’abus de différences est-il à modérer ?

Il est annoncé que les vins sont « issus d’une minorité délicieuse ». Quelle est-elle donc cette minorité qui semble un avantage et qui est annoncée délicieuse ? La réponse : le vin présenté sera « porteur de valeurs, des conceptions artisanales et humanistes de l’agriculture ou du commerce ». Serait-ce que les vins présentés ailleurs, supposés majoritaires, ne seraient pas « porteurs de valeurs, des conceptions artisanales et humanistes de l’agriculture ou du commerce »  ? Ou que seuls les bons vins qui portent ces valeurs sont réunis à « Sous les Pavés, la vigne » (40 viticulteurs) ?

Si « Sous les Pavés, la Vigne » rassemble une « minorité délicieuse », cela laisse imaginer une majorité non ou moins buvable. Les choses sont-elles aussi simples ? Y-a-t-il vraiment deux mondes si différents dans la viticulture ? Bien sûr, il y a les déjà bios et ceux qui n’y sont pas (ou pas encore), mais au-delà, comment s’établissent les différences ? Le seul SO2 serait-il le responsable supplémentaire de cette dichotomie en monde viti-vinicole noir ou blanc, naturel ou pas naturel ? Et le goût ? Même si pendant longtemps, il a été le seul à guider la dichotomie entre les vins, il intervient encore. Surtout quand c’est délicieux !

Les 40 vignerons

Annoncés comme des « vignerons actuels et naturels », on pourrait donc croire éventuellement que c’est un salon pour des jeunes vignerons. A moins que le terme « actuels » ne signifie qu’ils soient plus branchés que d’autres. Actuels, un concept large, presque un jugement, où on peut mettre beaucoup de choses. Peut-être des « geeks » ?  Ils sont en outre annoncés comme faisant des vins « alternatifs ». Or les geeks ne sont pas toujours alternatifs. Et en outre, pour compliquer l’exercice d’imagination de ces vignerons, certains sont décrits comme venant de domaines « bien installés ». Bon, il y aura donc sans doute l’ancien et le nouveau, celui qui a déjà réussi dans l’alternatif et celui qui attend encore la notoriété. Peut-être quelques geeks ?

40 vignerons donc, présents à « Sous les pavés la vigne », qui partagent une vision de vins non standards, laissant « le vin s’exprimer naturellement ou presque ».

Antonin et les 40 viticulteurs, … et des invités prestigieux

Il n’y aura pas que Antonin Iommi-Amunategui et les 40 viticulteurs pour porter le débat. Des invités prestigieux pour attirer l’amateur de vins naturels et animer les débats. Ce sera le réalisateur Jonathan Nossiter (Mondovino), le restaurateur Xavier Denamur (République de la Malbouffe), le vigneron Gilles Azzoni, le caviste Paco Mora et Ophélie Neiman « Miss Glouglou », auteure, journaliste et blogueuse du vin. Du beau monde ! Et pour les livres, les éditions de l’Epure, Marie Rocher et les éditions Sang de la Terre pour présenter leurs collections consacrées au vin et à la gastronomie.

Car l’important, c’est … n’est-ce pas l’amateur de vins ?

Tout est possible pour le vin :
– avec ou sans intrants,
– avec ou sans SO2,
– avec ou sans goût délicieux.
Mais l’important, c’est l’amateur, but ultime pour le viticulteur-vigneron, pour qu’il soit correctement informé, afin de pouvoir choisir lui-même, en toute connaissance de cause, sans ayatollahs d’une technique ou d’une autre pour le conduire, dans la diversité des vins. Car en effet, le vin étant le fruit d’une liane, où donc s’arrête son caractère naturel ? C’est l’amateur qui doit le dire en faisant ses choix de façon responsable car renseigné sur l’ensemble de sa fabrication.

Et pour que le vin soit à la fois bon et sain (non porteur de toxicité), c’est toute une profession qui doit y arriver, en faisant la preuve, et de la qualité du vin et de sa non-toxicité. Et plus qu’une minorité délicieuse, il y a sans doute plus à gagner pour l’amateur à avoir une majorité savoureuse, porteuse de ces valeurs partagées du goût et de la santé.

Et en attendant cet heureux temps, on peut aller à « Sous les Pavés la vigne ». C’est dimanche et lundi 2 et 3 juin à Belleville pour découvrir ces vins faits par des viticulteurs « actuels et naturels ».

Infos pratiques : de 10h à 19h – @ La Bellevilloise (21, rue Boyer – Paris XXe) – PAF 10€ (verre Riedel offert). Et pour en savoir plus



L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération ! | Mentions Légales