CHAMPAGNE HUMEURS VIN

La mémoire serait stimulée par le Champagne

L’humour anglais devrait nous permettre cette introduction : à  une époque où l’information va de plus en plus vite et où le journaliste voit une de ses missions confortée, le « fact checking », la presse ne pourra que se réjouir de pouvoir se reposer sur les conclusions d’une très sérieuse étude anglaise menée par l’Université de Reading en Angleterre qui avance que la consommation modérée de Champagne préviendrait les pertes de mémoire chez les personnes qui vieillissent.
Et comme nous ne sommes pas Mediapart, et que nous n’avons pas (encore) les moyens  de l’investigation, nous n’irons pas vérifier que l’Université de Reading n’a pas reçu de subventions d’études de la part du CIVC (Comité Interprofessionnel du Champagne) ou de certaines grandes Maisons. 
Cette étude sérieuse existe cependant bel et bien. Invitation à en découvrir les composantes et les conclusions.

Une étude essentielle
Le constat habituel est que notre capacité à nous souvenir des itinéraires ou des événements s’épuise avec l’âge, amenant à une perte de mémoire chez les personnes âgées voire même la démence.
Mais des chercheurs de l’Université de Reading auraient démontré que le Champagne ralentit ces pertes et pourrait aider à prévenir le déclin des capacités cognitives qui se produisent lorsque le cerveau vieillit. Il aurait été démontré que cette boisson a amélioré la mémoire spatiale en particulier, responsable de l’enregistrement des informations sur l’environnement des personnes, leur donnant une capacité supplémentaire à se repérer dans leur espace.
Les composés trouvés dans le champagne auraient un rôle de stimulation des signaux dans les parties du cerveau qui contrôlent la mémoire et l’apprentissage. Le Professeur Jeremy Spencer, du Département des Sciences de la Nutrition de l’Université de Reading (Professor of Nutritional Biochemistry and Medicine) indique que ces résultats passionnants montrent pour la première fois que la consommation modérée de Champagne a le potentiel d’influencer le fonctionnement cognitif, comme la mémoire.

Un petit pas pour l’homme ….
Cette nouvelle est essentielle pour toute la population, amenée à atteindre un jour l’âge où le cerveau aurait pu perdre ses repères dans l’espace, voire plus. Elle l’est encore plus pour la population des amateurs de Champagne qui vont pouvoir maintenant se donner bonne conscience en dégustant (avec modération bien sûr pour suivre la prescription du Professeur Spencer) qui leur « coupette », qui leur flûte.

Là où on peut penser que cette étude compte en effet comme une réelle avancée scientifique, c’est que le Professeur Spencer rappelle que ces observations ont déjà été constatées scientifiquement avec le vin rouge, à travers l’action des flavonoïdes (sous-classe des polyphénols, sources d’anti-oxydants) qu’il contient. La vraie avancée scientifique de l’étude faite par l’Université de Reading, est que, cette fois-ci, la recherche démontre que le champagne, qui ne comporte pas ces flavonoïdes, est également capable d’influencer le fonctionnement du cerveau à travers les actions de composés phénoliques plus petits, qui étaient auparavant considérés dépourvus d’activité biologique. Cela peut s’expliquer notamment par le fait que le Champagne a des niveaux relativement élevés de composés phénoliques par rapport au vin blanc, du fait de deux raisins rouges utilisés pour le fabriquer, le Pinot Noir et le Pinot Meunier.

Et le Professeur Spencer de conclure en incitant à une consommation modérée de Champagne : «Nous encourageons une approche responsable de la consommation d’alcool, et nos résultats suggèrent qu’une consommation très faible de un à deux verres par semaine peut être efficace. »

(Pour en savoir plus : Communiqué de presse de l’Université de Reading)



L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération ! | Mentions Légales